L’USSS a fort bien tenu son rang face au leader

Fédérale 1 – Rugby. Fédérale 1. Le leader a fort bien tenu son rang face à Saint-Sulpice.

Thomas Lebrequier et les avants du BSCR ont fait un sacré boulot./ Photo DDM, Michel Viala
Thomas Lebrequier et les avants du BSCR ont fait un sacré boulot./ Photo DDM, Michel Viala

Certes non, tous les Blagnacais et tous les Saint-Sulpiciens ne passeront pas leurs vacances ensemble l’été prochain. Il était même temps que le préposé au sifflet signale la fin des débats hier sur le coup de 15h30 dans la mesure où ladite période dite «des arrêts de jeu» se solde, bien souvent, par l’échange de regards venimeux et de propos peu amènes.

Conquête et jeu au pied…

Mais n’exagérons rien non plus, et les acteurs de ce deuxième acte sont à féliciter pour leur tenue globale. Un seul carton blanc ( sévère de surcroît, Roquebert ayant glissé après avoir arraché le ballon à la régulière), voilà qui ne pèse pas lourd au regard des très intéressants arguments de jeu déployés par les uns et les autres sur une pelouse rapidement transformée en bourbier.

Ceux de Blagnac, incontestablement, se sont avérés supérieurs. En mêlée comme en touche, les locaux ont réduit Saint-Sulpice à la portion congrue. Un peu à la surprise générale il faut bien l’avouer, tant les solides avants de Victor Labat ont l’habitude de s’approprier le petit périmètre et ses abords immédiats. Plus fort encore, la qualité du jeu au pied de renvoi et d’occupation, à commencer par celui de Vernetti. Avec des ballons très, très difficiles à exploiter à quelques centimètres parfois des lignes fatidiques (en-but, touche) pour une arrière-garde visiteuse la plupart du temps sur le reculoir. 21-8 face à Lombez-Samatan, 21-5 face à Saint-Sulpice, on l’aura compris , le leader est branché sur courant continu. Le bonus offensif ? Tant pis, car, comme à Lombez justement il y a quinze jours, les vaincus ont défendu avec ce qu’il faut d’efficacité. La preuve, Blagnac a attendu l’ultime seconde de son unique session en supériorité numérique pour inscrire son deuxième essai. Inversement, Saint-Sulpice n’est pas encore assez dangereux pour espérer inquiéter un adversaire de ce calibre.

Au bout du compte, des attentes susceptibles d’être satisfaites et, surtout, un état d’esprit préservé. Celui dans lequel le plus grand nombre, fort heureusement, se reconnaît.


blagnac 21 saint-sulpice 5

M-T 11-0; arbitre : Stéphane Boyer (Midi-Pyrénées) assisté de MM. Breil et Régis (idem). 500 spectateurs.

Vainqueurs : 2 E Ochoa (11), Dauraubedin (58), 3 P Ducousso (19,40,42) et 1 T Ducousso (58)

Vaincus : 1 E Bedel (72).

Evolution du score : 5-0 ; 8-0 ; 11-0/14-0; 21-0 ; 21-5 ;

Blagnac SCR : Vernetti; Gaignard, Ochoa, Tolofua (Laguerre, 67), Dauraubedin ; (o) Ducousso, (m) Pagès (Brun, 67) ; Vachon (cap) (Villemur, 74), Ilisescu, Medvès (Manas, 70) ; Fono (Banières, 58), Van Blerk ;Lebrequier (Pointud, m-t – 71), Piffero (Tourreau, 58), Rocca (Biscioni, 65).

US Saint-Sulpice : Lemos Jensen (Doussain, 59-66); Vaysse, Ferré, Roquebert (cap), Beilles ; (o) Boyer, (m) Loquet (Dejean, 39); Cabot (Fourthiès, 59), Bonaldo, Jouve (Fabre,59) ; Raturat (Faure, 59), Saux ; Dufour (Meneghel, 59), Viozelange (Lourenço, 59), Caujolle (Bedel, 59).

Exclu tempo : Roquebert (47, carton blanc)


Vachon : «Nous n’avons même pas fêté la victoire»

> Éric Escribano (entraîneur de Blagnac) : «On est satisfait des 4 points pris aujourd’hui. Nous avons dominé mais nous sommes tombés sur une belle défense de Saint-Sulpice qui nous a empêché de marquer dans nos temps forts. Après, la victoire a été gâchée par la blessure de Romain Manas (suspicion de rupture des ligaments croisés d’un genou, ndlr). Il revenait tout juste de blessure et de le perdre peut-être à nouveau nous a mis un coup au moral.»

> Matthieu Vachon (capitaine de Blagnac) : «Nous avons eu du mal à mettre notre jeu en place à cause des conditions. La bonne défense de Saint-Sulpice et le terrain difficile ne nous ont pas permis de mettre du rythme. Cette victoire fait du bien mais ce que nous retenons surtout, c’est la blessure de Romain Manas. Nous n’avons même pas fêté la victoire… Nous pensons fortement à lui et nous comptons l’épauler dans cette épreuve.»

> Damien Denechaud (entraîneur de Saint-Sulpice) : «Sur le papier et financièrement, il y avait un bel écart avec Blagnac avant ce match. ça s’est confirmé sur le terrain car nous avons beaucoup défendu et passé 90 % du temps dans notre camp. Cependant, malgré la défaite logique, je tiens à féliciter mes joueurs qui ont été courageux et ont répondu présent dans l’engagement. Ils ont été agressifs dans le bon sens du terme contrairement aux rumeurs que propagent certains dirigeants blagnacais…»

> Benjamin Roquebert (capitaine de Saint-Sulpice) : «Nous sommes venus à Blagnac avec l’espoir de glaner au moins un point car nous savions que ce serait difficile. Nous sommes restés dans notre camp la majeure partie du match et nous restons à 11 points à la pause. Ensuite, nous faisons le forcing pour revenir mais nous faisons trop de fautes de mains et quelques fautes au sol qui nous empêchent de recoller au score.»