A Fleurance : L’USSS n’y arrive pas …

C’est sous le vent (la pluie d’avant match a généreusement épargné les acteurs) et au terme d’un match d’avants que les Fleurantins ont remporté cette victoire. Les locaux frappent les premiers puisque, avec l’apport du vent, Ferré, d’un long ballon au pied, met Gardey sous pression. Ce dernier tergiverse, se fait contrer et le vif Lanave récupère le cuir et file aplatir entre les poteaux.

Ça démarre bien pour les locaux, mais les visiteurs tentent de réagir en imposant l’épreuve de force à l’aide de leur pack. Le pilier fleurantin Menabdishvili essuie quelques plâtres en écopant de 10 minutes sur le banc après une mêlée chahutée. Saint-Sulpice, qui bute sur un efficace bloc défensif fleurantin, doit donc se contenter de trois petits points signés Boyer. Peu avant la pause, les partenaires de Camacho vont faire le break, faisant ainsi preuve d’une belle efficacité : sur la ligne des quarante de Saint-Sulpice, Lanave, à la sortie d’une mêlée, libère rapidement le cuir pour Cervantes, qui traverse une défense de Saint-Sulpice étrangement passive. Peu importe car à la pause les Gersois virent en tête avec 11 points d’avance.

Au retour des vestiaires, on attend la rébellion des partenaires de Meneghel, mais elle ne sera pas à la hauteur de leurs espérances. Une mêlée qui avance, puis qui est pénalisée, un ballon d’attaque tombé sur une défense agressive de l’adversaire. Bref, Saint-Sulpice n’y arrive pas. Généreux, parfois un peu trop, Fleurance se fait aussi surprendre par la patrouille et va se retrouver à 14 puis même à 13 ! Sur une énième épreuve de force en mêlée, Saint-Sulpice s’en sortira grâce à un essai de pénalité accordé par M. Bridoux. Quatre points d’écart à 10 minutes de la fin, le suspens est total. Sur une touche jouée dans le camp des Fleurantins, ces derniers vont aller chercher la faute pour permettre à Ferré de terminer dans les 22 adverses et d’assurer une courte mais très précieuse victoire.